Implanté depuis quelques années en périphérie de la capitale bretonne, dans de vastes halls d’exposition scénographiés et transformés en scènes de live, le festival programmait cette année 84 groupes sur scène (dont un quart effectuait leur première scène européenne). Impossible donc de tout voir, de tout entendre, tant la proposition musicale est riche, l’espace d’écoute vaste et le temps limité.

Et c’est sans compter les Bars en Trans, le « off » organisé par l’association 3 P’tit Tour, dont la programmation riche et éclectique propose des lives dans différents bars et lieux festifs de la ville. 

Ce festival s’avère être une expérience sonore particulièrement sportive et un dilemme cornélien pour tout natif de la Balance, tellement le choix des groupes à voir peut se révéler compliqué. Si bien qu’on finit par se laisser embarquer dans ce juke-box des sonorités mondiales, déambuler là où le son nous mène, et finir par se perdre (littéralement) dans les halls du Parc Expo, puis par tomber sur un live de voix polyphoniques occitanes (San Salvador), un set de techno underground étourdissant (la Sud-coréenne Ocean Hye), une – pâle – copie des Clash période Sandinista! (Megative) ou un collectif hip hop mêlant danse, beatboxing et battles (les locaux Groove Control). À la clé de cette 41e édition, de belles découvertes, aussi bien dans le off que dans la programmation officielle.

[ Sélection de 5 groupes à surveiller ]

SÜEÜR • Vu aux Bars en Trans

En mixant une énergie punk avec un hip hop explosif, les Parisiens de Süeür ont confirmé qu’il allait falloir compter avec eux en 2020. L’énergie est folle et le climat glacial, avec ces riffs de basse ruisselant sur des textes engagés. Le bassiste réussit, par la grâce d’un pedalboard ultra fourni, à reproduire des sons de synthés avec son instrument. Bluffés !
Leur EP éponyme sera disponible le 24 janvier.

ELIA • Vu aux Bars en Trans

La fraîcheur et le sourire de cette jeune Parisienne de 20 ans apportent un peu de soleil dans le paysage des musiques actuelles. L’écriture est soignée, la gestuelle scénique travaillée. Les paroles dénonçant les diktats des réseaux sociaux et la complexité des relations amoureuses contrastent avec la douceur qui se dégage de sa voix. Elle vient de sortir son premier EP intitulé Pornographie. La sortie de son album est prévue au printemps 2020.

SALLY • Vu aux Bars en Trans

La jeune femme originaire de Cholet parle de ses états d’âme amoureux avec un flow envoûtant plutôt convaincant. Son premier EP, Pyaar, est disponible, l’album est attendu l’année prochaine.

STATS • Vu aux Trans

La pop synth-wave de ces Anglais nous renvoie dans l’esthétique des années 80. Les sonorités synthétiques sont omniprésentes et leur funk emporte rapidement l’adhésion du public. Et la nôtre !

YIN YIN • Vu aux Trans

Ambiance barbes, cheveux longs et tissus batik pour ces Hollandais amateurs de musique d’Asie du Sud-Est. Leur musique instrumentale psyché-funk, dont les sonorités sont inspirées par la musique vietnamienne et thaï des années 60-70, fait mouche.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here