On pouvait avoir l’impression que la vague de l’analogique avait relégué les workstations au rang d’antiquités numériques des 80’s, mais voici qu’après les Kronos, Forte et Montage, le dernier grand constructeur de synthés japonais revient dans la course. Il est le seul à avoir conservé le même nom pour sa station de travail, dix ans après le dernier Fantom G. Parmi les trois versions de clavier proposées pour le Fantom 7, nous testons en ce début d’année le modèle pourvu de 76 notes.

  • Synthé workstation
  • Distributeur : Roland Central Europe
  • Site : www.roland.com/fr
  • Prix public indicatif : 3 499 € (Fantom 6), 3 699 € (Fantom 7), 3 999 € (Fantom 8)
Surface de contrôle 8 voies.

La série Fantom s’est développée chez Roland sur une petite dizaine d’années, depuis l’arrivée du FA-76 en 2001 jusqu’en 2008 avec le Fantom G qui a clôturé la série. La nouvelle gamme se décline en trois tailles, les Fantom 6 et 7 en 61 et 76 notes, équipés d’un clavier semi-lesté et de touches de 14 cm, ainsi que le Fantom 8 en 88 notes avec toucher à marteau progressif PHA-50, dont les notes sont alourdies dans le grave et qui mélange le bois et le plastique. Les trois claviers possèdent le « channel aftertouch » et sont par ailleurs identiques dans leurs fonctions internes.

Section synthé et sampleur.

Exemples de sonorités joués du Fantom 7

Retrouvez le test complet dans KR349, janvier – février 2020…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here